Souffrance psychologique, troubles mentaux

L’EPSM de la Sarthe, établissement public de santé mentale, propose aux personnes souffrant de troubles psychologiques des actions de prévention, de diagnostics et de soins en psychiatrie, sur l’ensemble du département de la Sarthe. Dans le cadre de ces missions, l’EPSM de la Sarthe participe à la prise en charge de pathologies telles que la dépression, les conduites suicidaires, l’autisme, la psychose, la schizophrénie, les troubles bipolaires, l’anorexie, la boulimie…

La psychiatrie est organisée autour de la notion de sectorisation. Ainsi, le département de la Sarthe a été découpé en aires géographiques appelées « secteurs » qui prennent en charge la population qui y réside :

– 3 secteurs de psychiatrie infanto juvénile pour accueillir les enfants et adolescents de moins de 16 ans.
– 6 secteurs de psychiatrie générale pour les personnes de 16 ans et plus.

Toutefois, toute personne faisant l’objet de soins psychiatriques ou sa famille dispose du droit de s’adresser au praticien ou à l’équipe de santé mentale, publique ou privée, de son choix tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du secteur psychiatrique correspondant à son lieu de résidence (article L. 3211-1-2ème alinéa du Code de la Santé Publique).

Différentes prises en charge pourront vous être proposées :
– consultations dispensées dans les centres médico-psychologiques (CMP)
– activités thérapeutiques dans les centre d’activités thérapeutiques à temps partiel (CATTP)
– hospitalisations (complètes, de jour, de nuit)

Dans cette rubrique :

Enfants / adolescents (moins de 16 ans)

Vous êtes pris en charge par un secteur selon votre lieu de résidence. Le département de la Sarthe est découpé en trois secteurs de psychiatrie infanto-juvénile. Pour connaître le…

Adultes (plus de 16 ans)

Vous êtes pris en charge par un secteur selon votre lieu de résidence.
Le département de la Sarthe est découpé en 6 secteurs de psychiatrie générale.
Pour connaître le secteur dont…

Prévention du suicide

Chaque année, près de 10 500 personnes décèdent par suicide (soit près de trois fois plus que par accident de la circulation) et entre 176 000 et 200 000…